Comprendre autrement, pour agir autrement ensemble

Stratégie, design et ingénierie de la Coopération
Acteur en responsabilités dans des organisations privées et publiques pendant 25 ans, c’est au contact des individus ou des collectifs touchés par des défaillances organisationnelles et/ou managériales que s’est forgée ma pratique d’analyse et de résolution des problèmes de relations sociales. Au fil de ces expériences, j’ai élaboré un dispositif modélisé permettant une réelle coopération dans et entre les équipes.

Tout au long de ce parcours, je n’ai eu cesse d’enrichir ma boite à outils méthodologiques et théoriques pour continuer de répondre aux besoins singuliers de chaque organisation et de ses acteurs, en développant une approche à la fois distancée et intégrée, globale et locale.

Par exemple, la spécialisation et la focalisation des activités induisent une mise en « silo » des acteurs, un manque de vision globale partagée puis souvent un déficit de motivation et de créativité dans l’action. Confronté à ce type de situations dans un contexte territorial ou interne à une entreprise, ma capacité à observer précisément celles-ci et à initier des échanges constructifs entre les parties prenantes m’ont permis d’instaurer une dynamique collective durable propice au développement de projets complexes et innovants.

J’ai constaté les effets sur les équipes des changements impulsés, selon que leur mise en œuvre avait été anticipée, préparée, discutée, ou pas. Facteur d’engagement ou de perte de confiance, le changement est pourtant un levier majeur du faire ensemble, je l’ai vérifié à diverses reprises. Dans le secteur culturel ou technique, j’ai réussi à dépasser des situations critiques impactant fortement la qualité des relations et donc la performance des organisations. Mes compétences d’analyste patinées par l’expérience, avec le renfort d’outils adaptés, se sont révélées déterminantes pour produire des diagnostics justes sur les contextes, les structures, les interactions et les stratégies d’acteurs internes ou externes. Malgré la poursuite d’objectifs initiaux différents, les propositions élaborées, parfois non conformistes, devenaient consensuelles.

L’absence de liens organiques, de communications pertinentes et de circuits décisionnels clairs, sont de redoutables vecteurs « d’anesthésie » des capacités individuelles ou de l’initiative collective. Dépassant une approche par fonction, par service ou par spécialité, mais révélant les logiques d’action et le manque d’intégration d’une organisation ou d’une démarche projet, mon analyse et mes conseils, supportés par une approche globale et des apports conceptuels clés, ont servi à la congruence des acteurs, à la reconnaissance de leur action respective, à la qualité de leur travail et de leurs relations.

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde » a écrit Albert Camus, avec tout le respect du à l’écrivain, je suis tenté d’ajouter « et au désordre dans les organisations ». Le sort des collectifs et de leurs identités évanescentes ne retrouveront guère d’éclat dans des caricatures du « Nous » trop souvent bricolées à la hâte, on l’observe à différents niveaux.

Mais j’ai constaté aussi que des parenthèses temporelles, parfois jugées à tort « non-productives », lorsqu’on les anime par des méthodes dialogiques et réflexives dans un cadre contenant et sécurisant, permettent d’explorer sans détours les formes du travail, de l’organisation ou de la stratégie. Pour avoir expérimenté puis théorisé cette démarche, je sais qu’elle concilie par l’intersubjectivité les différents niveaux de l’action et permet un déplacement entre la perception du sens vécu par les acteurs et la conceptualisation ou la problématisation de celle-ci. L’objectivation réalisée par l’ajustement dans un cadre interprétatif commun, entraîne l’élaboration et la hiérarchisation de valeurs, de règles, d’objectifs collectifs, sources d’efficacité et de QVT, de cohésion, mais aussi de transformation des rapports de pouvoir et de transmission des savoirs.

La diversité de mon parcours professionnel, m’a amené à confronter et résoudre des situations (parfois ardues) intra ou inter-organisationnelles dans des domaines d’activités très variés. Ma démarche empirique, pragmatique, mon sens critique guidé par l’intérêt commun ou général ont facilité la mise en œuvre du comprendre, penser et agir autrement avec les autres.

Une de mes dernières initiatives, un Fab Lab territorial, illustre bien la contingence sociétale dans laquelle se meuvent les individus et les organisations aujourd’hui. En parvenant à concilier de multiples postures ou intérêts, individuels, institutionnels, privés ou publics, une dynamique et une cohésion ont été co-construites pour aboutir à la création d’un équipement dont la propriété, l’utilisation et la gestion réunissent une belle pluralité d’acteurs au sein d’un projet porteur d’une signification, d’une perception ou d’une direction, un sens.

Cette pratique modélisée, des outils transversaux me permettent de comprendre et d’interpréter les niveaux ou peuvent s’améliorer les relations ou s’enraciner la coopération entre des acteurs individuels ou collectifs ou entre des organisations, sujets et objets toujours singuliers.

Je vous propose la justesse de ces principes et de ce modèle pour vous conseiller et/ou vous accompagner avec exigence, ambition et harmonie, afin de révéler les potentiels de votre organisation polycellulaire, de ses acteurs et répondre ainsi à leur désir de donner du sens à leur action.


/webroot/services/login /webroot services/referentiel